Le verrou du fleuve

Suite direct de La messagère du ciel, et second tome de ce qui est devenu une tétralogie, Le verrou du fleuve reprend là où le premier tome s’est arrêté.
Pour ceux qui n’ont pas lu le premier tome (vous devriez il est bien), l’intrigue se déroule durant les âges sombres d’Évanégyre, après qu’un cataclysme ait détruit l’Empire qui dominait le monde grâce à sa technologie (une utilisation rationnel de la magie du monde). Aujourd’hui la magie est crainte, des poches de magies instables apparaissent d’ailleurs régulièrement y font muter les êtres vivants qui ont le malheur d’y être piégés, le monde civilisé est une civilisation de type médiévale dont l’église, ressemblant à notre Eglise chrétienne, à la haute mains sur la mortalité (pénitence, méfiance face à la magie et aux femmes, etc).
Alors que le royaume est menacé par une armée de créatures mutées et de technologies issues d’avant le cataclysme, Dieu choisit son messager pour mener l’ultime combat contre son frère. Mais voila tous ne se passe pas comme prévu et le messager est une messagère. Prise pour une suppôt du démon, elle doit lutter contre la société qu’elle tente de protéger…
Dans  Le verrou du fleuve, l’action se concentre sur le siège de la cité qui est le pivot de la défense du royaume. Alternant les points de vu, le roman montre comment la messagère du ciel embrasse son destin et tente l’impossible pour sauver la civilisation des hordes de monstres du Dieu maudit.
Le roman est toujours aussi bien écrit et consiste principalement en le récit du siège, avec quelques apartés sur ce qui se passe dans le reste du royaume (autant de jalons pour ce qui viendra ensuite). Difficile d’ailleurs d’en dire d’avantage sans déflorer les rebondissements du récit; récit d’ailleurs qui aurait peut-être pu bénéficier de quelques coupes par endroits afin de le rendre un peu plus court.
Mais que cela ne douche pas vos envies de lecture tant l’histoire qui se déroule ici est passionnant (et les mystères entrevus dans le premier tome qui s’épaississent d’avantage me font attendre le tome suivant avec impatience pour enfin savoir).

Une réponse sur “Le verrou du fleuve”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code