The Kingdom of Copper

Second tome de la trilogie Daevabad, The kingdom of Copper, débute cinq ans après le premier tome. Les différents chapitres suivent, de manière alternée, trois personnages :

Nahri, la jeune Nahid mariée au fils ainé du roi de Daevabad (la cité des djinns dont ses ancêtres étaient les maîtres mais qui est maintenant sous le contrôle d’une autre tribu de djinns). Elle lutte pour pouvoir exister dans une cité où elle est à la foi vénérée pour son statut de guérisseuse et surveillé car appartenant à la lignée qui contrôlait à l’origine la cité.

Ali, le fils cadet du roi, exilé et en disgrace que les manigances de courts vont ramener à Daevabad. Jeune homme idéaliste il doit composer entre son statut princier, ses convictions et ses relations familiales. Il y a en plus cette affinité avec l’eau qu’il ne devrait pas avoir….

Darayavahoush, le guerrier protecteur des Nahids, tué et ramené à la vie afin de servir une nouvelle fois ses anciens maîtres qui dans l’ombre trame la reprise de Daevabad ….

The kingdom of Copper mélange actions et intrigues politiques dans une cité peuplée par des djinns créant une Fantasy bien écrite, interessante et originale. Vu la fin du roman je suis très impatient de découvrir le dernier volume.

The winter of the witch

Dernier tome d’une trilogie slave bien écrite et interessante (et dont le premier tome vient de sortir en français chez Lune d’encre) The winter of the witch commence peut de temps après la fin du second tome.

La cité de Moscou vient d’échapper à un traquenard des Mongols et d’un incendie (et également de la menace d’un sorcier immortel). La population est agitée et cherche un responsable, Vasya est la responsable toute trouvée : une sorcière. Devant fuir la ville, elle se réfugie dans le royaume de Minuit à la recherche de Morosko, le roi de de l’hiver qui, affaiblit, a été piégé par son jumeau, l’Ours, à nouveau libre.

Dans sa quête Vasya va découvrir son passé et prendre part à un conflit entre créatures surnaturelles et humanité, et entre Tartare et Russe.

The winter of the witch conclut en beauté une trilogie slave qui se situe à l’intersection entre histoire et folklore.

Akata Warrior

Second roman, un troisième serait prévu, de la série Akata qui suit les aventures de Sunny Nwazue une jeune albinos, née au Etats-Unis et vivant au Nigéria, qui se découvre être un “free agent”, un membre de le société des Léopards, des magiciens, Akata Warrior fait suite à Akata Witch.

Après avoir capturé un dangereux tueur magicien dans le premier tome, Sunny et ses trois amis magiciens continuent leurs études magiques dans le monde des Léopards. Mais Sunny voit toujours dans ses rêves le monde finir dans les flames.

Entre les ennuies de son frère ainé qui rentre à l’université, ses études de magie, le mystérieux message laissé par sa grand-mère (magicienne elle aussi) et la menace du retour de Ekwensu la dangereuse mascarade, Sunny aura fort à faire.

Akata Warrior est un super roman qui plaira aux jeunes et moins jeunes fan de magie et d’aventures.

Le loup – Une histoire culturelle

Historien connu pour ses livres sur l’histoire des couleurs et des animaux, Michel Pastoureau donne à lire, avec Le loup – Une histoire culturelle, un ouvrage richement illustré qui présente succinctement l’évolution de la figue du loup en Occident de l’antiquité à nos jours.

Examinant les mythes, légendes et histoire, ainsi que des documents iconographiques et relatant des faits historiques, Pastoureau montre comment l’image du loup a évolué au fils du temps en étant, bien souvent, une figure mauvaise et dangereuse.

Le texte est agréable à lire et interessant, je regrette peut-être un peu la tendance qu’à l’auteur à lancé des piques sur les travaux des scientifiques travaillant sur la biologie et les comportements des animaux les accusant, en résumé, de ne pas tenir compte des faits historiques lorsqu’ils remettent en cause la dangerosité des loups du moyen âge.

Romaji horizon – gridlock coda

Avec ce nouveau roman Léa Silhol agrandit sa trame en y ajoutant un “royaume” virtuel : Le GRID qui se déploie en plusieurs niveaux (de plus en plus abstrait) dans les profondeurs du web mondial. Des équipements sophistiqués permettent d’y accéder et des mercenaires du virtuel, les Gridrunners, vendent leurs services au plus offrants pour le profit et pour la gloire et la reconnaissance de leurs paires.

Mais Romaji horizon c’est aussi un roman qui se situe dans l’histoire de Frontière et de celle des Fays japonais et de la famille maudite par l’hiver des Izôkage (voie Hanami sonata, notamment). C’est aussi, comme souvent chez Léa Silhol, un roman qui met en scène des histoires d’amours fortes (ici deux couples)  qui sont un des moteurs de l’histoire.

Tous commence lorsque le chef de la famille Izôkage est assassiné après une entrevu avec l’Empereur du Japon lors d’une crise sur le devenir des Fays japonais. L’amour de sa vie, la puissante Crescent, decide d’imposer au destin sa volonté et de transformer l’assassinat en tentative d’assassinat. Elle provoque alors la fuite de la victime dans le Grid, qu’elle rejoint également alors que l’esprit de l’hiver que hante les Izôkage  se joint à la “fête”.

Le roman fait alors un long flashback (la fin de la trame ouvrant le roman devra attendre le tome suivant) et se concentre sur la cadette des Izôkage , Gridrunner et Fay, et de la manière dont elle a rencontré, dans le Grid, son âme sœur un jeune Gridrunner de génie.

De la rencontre entre une jeune idéaliste et un Gridrunner cupide et égoïste va naitre une lutte contre une des plus puissantes multinationales de la planète dans laquelle chacun risque de perdre sa vie et son âme.

Romaji horizon est une histoire d’amour, un roman cyberpunk et une histoire de magie ancienne et nouvelle. C’est aussi un nouveau fils dans la Trame que tisse Léa Silhol qui donne une “couleur” nouvelle à cette dernière.

Les Gardiens célestes

Troisième, et dernier tome, de la série des Chroniques de l’étrange, Les gardiens célestes conclut avec brio cette trilogie.

Reprenant peu de temps après le dernier tome, le roman voit Johnny Kwan devoir déployer tous ses talents pour tenter de contrecarrer les plans de Anthony Chau (un riche homme d’affaire qui souhaitent prendre le contrôle de la Chine).

Le roman offre un affrontement de haut niveau où l’enjeux est la survie même de plusieurs divinités. Johnny Kwan est rejoint dans sa lutte par des exorcistes de talents, dont son ancien mentor, et une triade de Hong Kong cherchant a venger ses morts.

Romain d’Huissier propose un roman d’urban fantasy qui conclut magnifiquement sa trilogie. Il réussit, de plus, le tour de force d’avoir écrit un roman qui sent le roman de roliste (adversaire, équipes de taoïstes, montée en puissance des adversaires et enjeux) tout en restant agréable, et même passionnant, à lire; une vraie réussite.

Vita Nostra

Publié en 2007 en Ukraine, en langue russe,  Vita Nostra fait partie d’une tradition de roman, tel Harry Potter ou la série des Magiciens de Lev Grosman, en autre, mettant un scène un ado découvrant la magie au sein d’une école pour “élèves doués”.

Dans Vita Nostra c’est Alexandra (Sacha) Samokhina que le lecteur suit. Sacha est une jeune ado de Moscou, élève brillante, elle est abordée un jour durant ses vacances par un inconnu qui l’oblige à réaliser des choses sans queue ni tête (comme aller se baigner nue dans la mer tous les matins tôt durant un mois) sous peine de voir ses proches menacés.

Presque obligée elle doit intégrer l’institut de technologie spéciale situé dans une petit ville russe de province. Là elle découvre des professeurs étranges, un enseignement bizarre et des élèves de seconde et troisième année qui se comporte comme s’ils étaient sous l’effet de drogues ou avaient des problèmes moteurs…

Puis peu à peu Sacha elle même se met à changer, et en suivant son changement le lecteur découvre peu à peu ce que l’institut cherche à faire de ses élèves; une découverte lié à la trame de la réalité même….

Difficile d’en dire plus (Gromovar, comme souvent, en donne une lecture plus intelligente que moi) sans déflorer la découverte; il me suffira de dire quand même que la pression ne retombe jamais, les pages se tourne presque toutes seules sur un roman bien écrit, bien mené et à la réflexion sur la réalité passionante. En bref une vraie réussite qui devrait arriver prochainement en français vu qu’un éditeur a acqui les droits du roman.

Gnomon

Londres dans le futur proche. La société est gérée par un puissant système de surveillance et de IA, “The System”, qui permet tout à la fois de fluidifier le trac, de savoir quel est votre musique préféré pour vous lever le matin, mais aussi où vous étiez hier soir à 22h00 et avec qui.

Dans ce contexte les crimes sont plus rares, plus prévisibles aussi, mais un système policier existe encore, en partie car l’intuition humaine reste supérieur et une supervision de la mache est éthiquement importante.

Mielikki Neith est un agent du système et lorsque une suspecte de terrorisme, Diana Hunter, meurt lors de son interrogatoire (une sonde cérébrale), Neith se retrouve a devoir découvrir comment l’impossible a pu se produire. Son enquête se fait dans notre monde et en “visionnant” les souvenir de la suspecte.

Mais voila son enquête met à jour ce qui pourrait être une conspiration de grande envergure ou simplement les lubies d’une vielle femme. Pour découvrir la vérité, Neith doit naviguer l’esprit de Diana qui a développé une stratégie pour perdre la sonde mental en créant des histoires avec des personnes divers.

Le lecteur se retrouve ainsi à découvrir à la fois l’enquête de Neith, mais aussi la vie d’un peintre éthiopien en exil, d’une alchimiste de la Carthage antique et un financier grec.

Construit comme une sorte de mille-feuilles d’histoires qui se répondre, Gnomon est un roman impressionant de maitrise qui navigue entre plusieurs trames narratives qui finissent pas être étroitement liées.

L’avis oh combien mieux écrite de Gromovar.

The labyrinth index

Neuvième tome de la série de La Laverie (du petit nom du service britannique de lutte contre les menaces “para-normal”), The labyrinth index débute quelque temps après la fin de The delirium brief alors que le Royaume-Uni est sous le règne du “nouveau management”.

Si la vie quotidienne pour les habitants de notre planète n’a pas vraiment changé, la donne géopolitique mondiale a évolué de manière drastique alors que “case nightmare green” (le moment où la barrière entre les mondes devient si fine que notre réalité sera envahi par des entités cosmiques de type “cthulhuesque”) se rapproche à grande vitesse. Non seulement des entités venus d’autres réalités sont maintenant actives sur Terre mais en plus leurs visions pour l’humanité n’est pas la même.

C’est dans ce contexte que Mhari Murphy, vampire au service de la Laverie, se retrouve chargée par le premier ministre de monter une équipe d’intervention afin de se rendre aux Etats-Unis et comprendre quels sont les plans de l’homologue américain de la Laverie alors que tous le pays semble avoir oublié qui est, et ce qu’est, le président de la première puissance mondiale….

Si, à mon avis, The labyrinth index n’est pas le meilleur roman de la série, il reste très intéressant par la manière dont il fait évolué l’univers de la Laverie et comment il met en lumière les plans plutôt radicals des Etats-Unis pour “sauver” le monde. Je suis vraiment impatient et curieux de voir comme tous cela va évoluer par la suite.

Dear Ijeawele, or A Feminist Manifesto in Fifteen Suggestions

Courte lettre envoyé par l’autrice à une amie qui lui a demandé comment élevé sa fille afin qu’elle soit féministe, Dear Ijeawele, or A Feminist Manifesto in Fifteen Suggestions aborde différents points importants de la place de la femme dans la société et de la manière de sensibiliser les filles à ces questions.

Inscrit dans un contexte africain, les conseils donnés ici sont néanmoins valables partout. Un petit livre intéressant et qui ouvre des pistes de réflexions. Son seul défaut, de l’avis même de l’autrice, résidant dans le fait qu’il a été écrit avec que cette dernière soit elle même parente. Mais cela ne diminue en rien la portée des réflexions proposées.