Le verrou du fleuve

Suite direct de La messagère du ciel, et second tome de ce qui est devenu une tétralogie, Le verrou du fleuve reprend là où le premier tome s’est arrêté.
Pour ceux qui n’ont pas lu le premier tome (vous devriez il est bien), l’intrigue se déroule durant les âges sombres d’Évanégyre, après qu’un cataclysme ait détruit l’Empire qui dominait le monde grâce à sa technologie (une utilisation rationnel de la magie du monde). Aujourd’hui la magie est crainte, des poches de magies instables apparaissent d’ailleurs régulièrement y font muter les êtres vivants qui ont le malheur d’y être piégés, le monde civilisé est une civilisation de type médiévale dont l’église, ressemblant à notre Eglise chrétienne, à la haute mains sur la mortalité (pénitence, méfiance face à la magie et aux femmes, etc).
Alors que le royaume est menacé par une armée de créatures mutées et de technologies issues d’avant le cataclysme, Dieu choisit son messager pour mener l’ultime combat contre son frère. Mais voila tous ne se passe pas comme prévu et le messager est une messagère. Prise pour une suppôt du démon, elle doit lutter contre la société qu’elle tente de protéger…
Dans  Le verrou du fleuve, l’action se concentre sur le siège de la cité qui est le pivot de la défense du royaume. Alternant les points de vu, le roman montre comment la messagère du ciel embrasse son destin et tente l’impossible pour sauver la civilisation des hordes de monstres du Dieu maudit.
Le roman est toujours aussi bien écrit et consiste principalement en le récit du siège, avec quelques apartés sur ce qui se passe dans le reste du royaume (autant de jalons pour ce qui viendra ensuite). Difficile d’ailleurs d’en dire d’avantage sans déflorer les rebondissements du récit; récit d’ailleurs qui aurait peut-être pu bénéficier de quelques coupes par endroits afin de le rendre un peu plus court.
Mais que cela ne douche pas vos envies de lecture tant l’histoire qui se déroule ici est passionnant (et les mystères entrevus dans le premier tome qui s’épaississent d’avantage me font attendre le tome suivant avec impatience pour enfin savoir).

La messagère du ciel

Premier tome de la trilogie Les dieux sauvagesLa messagère du ciel se déroule dans l’univers d’Évanégyre déjà développé dans d’autres écrits de l’auteurs.
Se déroulant durant les âges sombres, La messagère du ciel ne nécessite pas de connaitre les autres écrits se déroulant dans le même univers pour être apprécié. Il suffit de savoir (et c’est “expliqué” dans le roman) qu’il y a longtemps un Empire a dominé le monde grâce à de la technologie basé sur la magie. Les dieux ont punis les hommes, mettant fin à l’Empire et faisant retourner le monde à un niveau moyenâgeux. La magie est maintenant crainte, surtout que de nombreux lieux du monde sont marquées par elle, formant des anomalies qui font mutter hommes et animaux qui ont la malchance d’y passer.
En étant un peu simpliste, La messagère du ciel peut se résumer  par : un royaume marqué par une religion proche du christianisme et qui où les femmes ont peu de place, fondé par des hérauts du Dieu (qui entendent sa voix), est au bord de la guerre civile. A ses frontières la menace d’humains horriblement muté, mené par le héraut de l’autre dieu survivant, s’apprête à fondre sur le royaume. Dieu choisit un nouvelle héraut pour le représenter mais un coup du sort fait que ce n’est pas le paladin qu’il visait qui devient sou héraut, mais une femme indépendante, marginale et fière. Débute alors la quête d’une nouvelle Jeanne d’arc.
Roman chorale, La messagère du ciel construit un récit passionnant sur cette trame de base. Récit qui prend souvent des tours et détours surprenants et qui laisse entrevoir des mystères assez profond sur Évanégyre.
A la sortie de ce premier tome, je n’ai qu’une envie me plonger dans la suite. Après j’espère que l’auteur aura le bon goût de lever le voile sur plusieurs interrogations plus large que son récit premier que le roman soulève. A déguster sans modération donc.

Port d’âme

Situé dans le monde d’Évanégyre, mais se déroulant après les âges sombres, alors que les technologies magiques sont d’anciennes légendes et que l’Empire qui domina l’ensemble du monde n’est plus depuis longtemps, Port d’âme suit Rhuys ap Kaledán un jeune noble qui, après que sa maison ait été ruinée, a du servir durant huit ans dans la marine.
 
Enfin libre de sa servitude, il se retrouve dans la cité franche d’Aniagrad (une cité contrôlée par les Administrateurs, tournée vers le commerce et qui fonctionne avant tous par contrat) où il peut récupéré un peu d’argent sauvé par son père et se voit proposer, par un ami de son père, de rejoindre un cartel qui veut réinventer la technologie qui permet l’utilisation de la drascat pour faire de la magie.
 
Rhuys se retrouve rapidement pris dans un écheveaux complexe entre ses associés dans le cartel qui semblent lui cacher des choses, un administrateur retors qui l’oblige a espionner le cartel, le responsable de la chute de sa famille qui lui cherche des noises, et une vendeuse d’âme (une personne qui vend ses souvenirs et les émotions qui lui sont associées) dont il est tombé amoureux.
 
Port d’âme est un roman bien écrit et plaisant à lire. Les différentes intrigues du roman se croisent et se recroisent pour former une histoire palpitante. Ceux qui ont lu les autres écrits dans l’univers d’Évanégyre pourront trouvé plusieurs clin d’œil à d’autres histoires de l’auteur, mais sans que cela ne gêne nullement la lecture pour qui découvrirait cet univers par ce roman. Je n’ai que trois regrets : les deux premiers sur le roman lui même dont la fin est, je trouve, un peu vite expédié et montre des mystères (les administrateurs) qui ne sont que suggérés et pas révélés, le troisième est un pinaillage de fan qui aurait bien aimé en apprendre d’avantage sur l’Empire, détruit depuis longtemps à l’époque de Port d’âme.

Quatre Voies de la Main Gauche

Recueil numérique de quatre nouvelles (déjà parues ailleurs) se déroulant dans l’univers de la trilogie Léviathan de Lionel Davoust, Quatre Voies de la Main Gauche est un recueil très agréable à lire qui m’a laissé un goût de “j’en veux plus”. Il est centré sur des individus qui arrivent, grâce à leur volonté, à plier le monde à leur désire, faire de la magie en somme.
 
“Nuit de visitation” conte l’histoire d’un vieil homme mourant qui voit un ami perdu de vu lui rendre visite à l’hôpital pour le libérer d’une vielle culpabilité. L’ami en question est adepte de la main gauche et a été lancé dans sa quête par une dispute lorsque les deux hommes étaient jeune : un texte intimiste.
 
“La Voie du Serpent” est une courte nouvelle décrivant une leçon entre un maitre de la main gauche et son apprenti. En utilisant une parabole indienne, la nouvelle éclaire entre la vision de la main gauche et celle de la main droite.
 
“La Terre comme témoin” suit les pas d’un adolescent mal dans sa peau et souffre douleur de son école qui, en découvrant un journal ayant appartenu à son grand-père, entraine sa volonté afin de modifier le monde autour de lui. Histoire d’un “coming of age”, cette nouvelle est subtile car si l’ado développe sa volonté, il n’en reste pas moins le soufre douleur de sa classe. Elle capture la fragilité de l’adolescence et les possibles de l’entrée dans la vie adulte.
 
“Regarde vers l’ouest” est le meilleur texte du recueil, et le plus dérangeant. Un homme passe plusieurs années de sa vie à rechercher son ex qui a disparu avec son fils qu’il a peu connu et qu’il ne voulait pas. Sculpteur il semble vouloir forger une nouvelle relation avec son enfant, mais que n’est-il pas près à faire pour obtenir du pouvoir, du vrai pouvoir… Une exploration de la relation parent-enfant et de ce que l’un peut faire à l’autre, glaçant.

La Volonté du Dragon

Premier roman écrit dans l’univers d’Évanégyre (le recueil La route de la conquête s’y déroule également), la volonté du dragon débute alors qu’une armada de l’Empire d’Asreth aborde la capitale d’un petit royaume côtier, dans le continent du sud.
La première vague de la campagne de conquête du continent sud vient de débuter, et le général de l’armada demande une dernière fois aux autorités du royaume de porter allégeance à l’Empire afin d’éviter un combat que celui-ci perçoit comme gagner d’avance tant la supériorité technologique de l’Empire est évidente (l’Empire maitrise une forme de technologie basée sur la récupération industrielle de la magie qui imprègne le monde). Alors qu’il est convié à une étrange partie d’échec, sur le terrain les opération militaire débute. Le combat qui semblait gagné d’avance, ne sera pas aussi évident pour les forces de l’Empire.
Les points de vu sur le combat oscille entre le général qui mène sa partie d’échec et des matelots sur le navire amiral de la flotte qui participe aux violents combats de la bataille. Le roman, assez court, présente avant tous une bataille qui est à la fois un affrontement militaire et la rencontre de deux points de vue/philosophies différentes.
En ce sens,le roman est une réussite et un plaisir à lire. Après avoir lu ce qui doit être quasiment l’ensemble des textes parus dans l’univers d’Évanégyre, j’espère que la prochaine publication, prévu pour 2015, montrera une facette moins guerrière de cette univers.

La route de la conquête

Se déroulant dans l’univers d´Évanégyre, déjà abordé dans La volonté du Dragon, La route de la conquête compile une novella inédit et cinq nouvelles, dont une inédit également.
Le monde d’Évanégyre est parcouru par des champs magiques que de nombreux peuples ont appris à utiliser. L’Empire d’Asreth, guidé par un (des ?) dragon(s), a appris à utiliser cette magie de manière “rationnelle” et standardisée provoquant ainsi une révolution industrielle. Portées par une mission civilisatrice : sauver le monde, les légions de l’Empire conquièrent inexorablement, par les armes ou la diplomatie, les nations du monde.
Le recueil présente des histoires se déroulant à divers moment de l’histoire d’Évanégyre, avec les évolutions technologiques qui vont avec le passage du temps, et propose des histoires de bonne qualité.
“La route de la conquête” décrit la dernière conquête du généralissime Stannir Korvosa : une plaine herbeuse perdue à la fin d’un continent. La conquête de la plaine représente pour la généralissime vieillissante et fatiguée un défi de taille : comment obtenir la soumission d’un peuple qui ne comprend pas le concept, le tout en évitant une effusion de sang ?
“Au delà des murs” et “Bataille pour un souvenir” sont deux histoires qui se répondent car elle présente la même bataille du point de vue de chaque belligérant. “Au delà des murs” m’avait laissé un avis très mitigé lors de ma première lecture en 2011, j’en avais oublié la chute et la relecture de celle-ci m’a plus bien d’avantage, au point de la trouver même très bonne (la meilleur du recueil) : l’histoire d’un soldat qui est accusé de crimes de guerre dont il ne se souvient pas et qui bascule (ou pas, la nouvelle n’y répond pas) dans la folie. “Bataille pour un souvenir”, elle, se focalise sur la dernière bataille, perdue d’avance, d’un guerrier mémoire : un homme capable de canaliser la magie du monde au prix de ses souvenirs.
Je recopie ici ce que j’ai dit en janvier dernier de la nouvelle  “La Fin de l’Histoire” :  Une histoire de colonisation et d’un peuple vivant le monde comme une gigantesque narration qui, pour eux, arrive à son terme. Un texte très sympathique et intéressant, fortement inspirer par l’Amérique Latine et qui me donne envie de lire d’autres textes dans cet univers.
“Le Guerrier au bord de la glace” est le destin d’un soldat lors d’une guerre civile dans l’Empire. Pilote de ce qu’il faut bien appeler un Mecha, il se retrouve en difficulté et doit lutter pour survivre. Seconde nouvelle qui m’a le plus plus, sa fin un peu abrupte est très frustrante, j’exige une suite !
“Quelques grammes d’oubli sur la neige” est la nouvelle se déroulant la plus dans le futur d’Évanégyre alors que la gloire de l’Empire n’est plus que légendes et mythes et que la “technologie” a régressé. Une nouvelle moyenâgeuse qui montre un futur bien sombre pour l’Empire.
Le recueil La route de la conquête fut une bonne lecture, mais qui me laisse un sentiment de frustration. En effet, je ne sais si c’est parce que je n’ai pas lu le premier roman se déroulant dans le même univers, mais j’ai eu constamment l’impression qu’il me manquait des clefs pour apprécier les nouvelles : qui dirige l’Empire, que sont les dragons, quel est cette menace qui sou-tend l’idéologie de conquête de l’Empire, etc. En fait, j’ai apprécié une partie des textes car les ayants déjà lus et mis en relation avec les autres, j’avais une meilleure compréhension des enjeux du monde.

Bardes et Sirènes

Anthologies des Imaginales 2014, Bardes et Sirènes propose onze nouvelles centrées sur ces deux figures liées à la voix et aux chants.
Dans son ensemble l’anthologie est de bonne qualité, si ce n’est que les histoires d’amours entre sirènes et bardes sont un thème utilisé abondamment par les auteurs, au point que le lecteur à parfois le sentiment que c’est le seul type de relation qui peuvent exister entre ces deux êtres.
Après une introduction signée des deux anthologistes, Carina Rozenfeld propose, avec “La boîte à musique” une sympathique histoire d’amour entre un barde et une sirène qui laisse sa voix être enfermée dans une boîte à musique afin de permettre à son amour de poursuivre la carrière dont il rêve.
Samantha Bailly, avec “Plaie étoilée” présente un groupe de bardes qui parcourt le monde afin de pouvoir distiller les histoires qu’ils entendent. La nouvelle se concentre sur un de ses bardes qui revient à leur “point de chute” mais qui est fatigué de l’errance et qui traine une blessure d’amour avec la barde Siréne. Une histoire triste qui, à mon goût, est la moins bonne du recueil.
Yann de Saint-Rat, avec “Tant que nous demeurons ensemble” donne à lire une histoire de point du vue d’une sirène qui, après avoir participer à un raide afin de capturer des esclaves humains, prend sous sa protection un enfant barde (les humains capables de résister au chant des sirènes et même de les charmer). Un conte tragique d’amours et de différences.
Estelle Faye, avec “La tête de singe”, propose une des meilleurs nouvelles du recueil. Très bien écrite, la nouvelle raconte l’histoire d’une barde qui fuit la guerre avec une petite momie d’un singe avec queue (une sirène d’après sa défunte mentor) et qui arrive dans un inquiétant châteaux ou les châtelains, un frère et une sœur, sont un peu plus qu’humain…
“Au bar des sirènes” est une nouvelle d’urban fantasy de Frédéric Petitjean se déroulant à New York durant la tempête Cindy. Un barde immortelle (qui fait furieusement penser à Merlin) et fatigué se rend dans un bar pour créatures magiques et fait la rencontre d’une sirène prisonnière. Une histoire d’amours va naitre entre les deux êtres unis par un lien plus puissant et ancien que la barde ne soupçonne.
Maïa Mazaurette, qui se fait trop rare en littérature de l’imaginaire, donne, avec “La mise en pièces”, un conte cruel sur un barde qui fait partie d’une conjuration contre une reine particulièrement cruel. Le texte est violent, aussi bien au niveau de l’écrit que de l’histoire, et fait partie des meilleures du recueil.
Régis Goddyn présente, avec “Tant qu’il y aura des sirènes”, une histoire bien écrite mais assez décousue sur l’histoire d’amour entre une sirène et un barde. Écrite dans le passé et le futur, elle est plaisante.
Mélanie Fazi, avec “Le chant des autres” propose également une excellente nouvelle, se déroulant à Paris de nos jours, sur deux femmes, consumées par la haine, qui utilise leurs don de chanteuses pour faire du mal et un homme qui utilise le sien pour faire le bien. Une belle histoire qui utilise les thèmes du barde et de la sirène de manière très subtile et maline.
“Le chant du solstice” de Pierre Bordage voit un vieux barde sur le déclin profiter de la capture d’une sirène par les pécheurs du village dont il a la charge pour raviver son inspiration, mais à quel prix ? Une nouvelle fort sympathique.
Anne Fakhouri, avec “Ci-gît mon cœur”, a écrit une histoire d’amour entre un barde et une sirène traquée par un chasseur. Mais l’histoire d’amour qui se dessine n’est peut-être pas ce qu’elle semble être… Une nouvelle avec un brin du cruauté, un zest d’humour et un joli twist final qui m’a beaucoup plus.
“Le guetteur de nuages” de Thomas Geha clôt le recueil avec une nouvelle dans laquelle deux mondes s’interpénètre, l’un d’eau, qui envahit l’autre avec des nuages d’eau géant, et l’autre comme le notre qui se défend comme il le peut contre cette invasion qu’il ne comprend pas. Le défenseur d’un des mondes est un barde qui défait les nuages alors qu’une sirène défend celui qui vient.
De pars ses nombreuses auteures (et notamment celles qui ont écrit les meilleurs nouvelles du recueil, Fazi, Mazaurette, Fay et Fahouri) le recueil rentre dans le cadre du challenge SFFF au féminin

http://ledragongalactique.blogspot.ch/2014/03/challenge-sfff-au-feminin.html?showComment=1394271167545#c7928591275848414423

Elfes et Assassins

Anthologie de l’édition 2013 des Imaginales, Elfes et Assassins proposent 13 nouvelles sur ce thème hautement important dans la littérature de Fantasy.
Ainsi, après une introduction des anthologistes, Pierre Bordage, avec “La Dernière affaire de Sagamor”, une nouvelle bien écrite mais très classique d’un assassin engagé pour éliminé une elfe, créature rare et puissante.
Raphaël Albert propose une enquête de son elfe détective Sylvo Sylvain. Basé du point de vue du client, la nouvelle, “La Seconde Mort de Lucius Van Casper”, narre la traque d’un puissant non-mort dans Paris. Bien écrite, elle se fond dans le thème sans forcer. J’aime décidément beaucoup  Sylvo Sylvain et la Paname de Fantasy qu’il parcourt.
Nathalie Le Gendre donne à lire, avec “La Légende d’à peu près Punahilkka”, le voyage d’un conteur et de son apprenti. Pour faire passer le temps, le conteur narre l’histoire de Punahikka qui tombe dans un piège, une histoire qui, malheureusement pour l’apprenti, est bien plus réel qu’il ne semble…
Jean-Philippe Jaworski, dans “Le Sentiment du fer”, revient sur la guerre d’indépendance de Ciudalia, dans l’univers des Vieux Royaumes. Un maitre assassin est recruté afin de voler à un patricien un, livre de poésie, qui est aussi un traité d’escrime, du plus célèbre spadassin elfe. Une mission qui dévoile les raisons probables de la victoire du Ciudalia contre son puissant voisin…
Anne Fakhouri, avec “Du rififi entre les oreilles”, narre une histoire se déroulant à Chicago durant la prohibition. Elle suit un gang au service de Capone qui est spécialisé dans l’élimination de membre de la féerie. Pour sa prochaine mission, urgente, elle doit en plus se coltiner un demi-elf qui est le neveu du patron. Une nouvelle fort sympathique, peut-être un peu trop burlesque dans sa conclusion.
Rachel Tanner, dans “La Nature de l’exécuteur”,est dans une ambiance proche de la nouvelle de Fakhouri, mais dans une touche contemporaine. Une demi-elfe, ex-militaire, est chargée par les services secrets français d’éliminer un elfe qui est un des cerveaux de la protestation contre la construction de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes; problème : il s’agit de son oncle.
Jeanne-A Debats, avec “Eschatologie du vampire”, met en scène Raphael, le vampire du roman Métaphysique du vampire, qui doit, à notre époque et alors qu’il ne travaille plus pour l’Église, éliminer l’anthécriste et sauver le monde de l’apocalypse programmé pour fin 2012. Le tout accompagné d’une elfe et alors que le destructeur du monde est un ado amoureux du fils caché de Titiana. Le lecteur retrouvera ici l’humour cynique et décapant de l’auteure.
“Elverwhere”, de Xavier Mauméjean,est une uchronie fantastique dans laquelle l’Europe a été conquise par les cours de féerie unifiée. La nouvelle narre la préparation de la première visite officielle du souverain en Europe et sur le complot mis en place pour l’éliminer.
David Bry, dans “J’irai à la clairière”, envoie un jeune homme élevé dans un monastère, au moyen âge, éliminer un elfe protecteur de la forêt. Cette traque, effectuée à contre-cœur, serre la grandeurs de l’Église…
Johan Heliot, avec “Grise Neige”, propose une nouvelle très triste se déroulant durant la seconde guerre mondiale et où un enfant survivant tente d’éliminer les militaires nazis. Bien que très belle, et un peu prévisible, je regret qu’une nouvelle aussi sombre aie été choisie pour clore le recueil.
Anne Duguël (aka Gudule) donne à lire une superbe nouvelle, mais parfaitement insoutenable : “Le Sourire de Louise”. Elle narre l’histoire d’une petite fille près à sacrifier sa propre chaire pour les gentils elfes lui permettent d’avoir sa maman, ré-mariée et mère de deux autres enfants de son nouveau lit, rien que pour elle.
Finalement, si l’ensemble des nouvelles sont de très bonne facture, il y a deux nouvelles que je n’ai pas aimé du tous, pour ne pas dire que je ne les aie pas vraiment comprises : “Sans Douleur” de Fabrice Colin et “Libera me” de Fabien Clavel.
Rentre dans le cadre du challenge nouvelles et novellas.

Léviathan Le Pouvoir

Dernier tome de la trilogie Léviathan (La Chute, La Nuit), Léviathan Le Pouvoir conclut l’histoire de Michael Petersen, un biologiste marin qui a peur de la mer et qui découvre que son passé est fabriqué et que ses proches ne sont pas ceux qu’ils prétendent être. La dernière pierre de cette bonne trilogie est, comme les deux autres romans, difficile à chroniquer sans donner quelques révélations. Le lecteur qui veut garder la fraicheur de ces dernières est invités à ne pas lire la chronique : “you have been warned” !
Dans ce dernier tome, Michael avance à grand pas dans la découverte de son passé. Il a des moments de “lucidité” où il arrive a transcender les limitations humaines comme le puissant mage qu’il a été. Son double obscure cherche toujours a obtenir vengeance du Comité, le groupe de puissant mage responsable de l’état de Michael. Dans le même temps, l’agent du FBI qui a découvert un moyen de détecter les mages est courtisé par la main droite (le nom qui est donné aux agents qui lutte contre les mages et pour maintenir l’humanité dans ses limitations) et, de manière plus brutale, par ceux de la main gauche (le Comité).
Ce roman voit les choses bougés et, arrivé à son terme, une partie de l’univers de l’échiquier du monde de Léviathan n’est plus le même…
J’ai beaucoup aimé cette trilogie. Arrivé à son terme j’ai hâte de pouvoir y retourner (ma frustration de savoir que certaines nouvelles s’y déroulant, “la voie du serpent” surtout, seront difficile, voir impossible à me procurer, est grande). Un autre regret, mais léger, est la manière dont la main droite est présenté : je trouve que pour être ennemis des mages elle est particulièrement incompétente et sous-équipée pour les affronter; peut-être qu’un texte la présentant de manière plus efficace et attrayante serait une bonne addition à cet univers que j’apprécie beaucoup.

Reines et Dragons

Reines et Dragons est l’anthologie, 2012, du festival des Imaginales. Su le thème des reines et des dragons, Lionel Davoust & Sylvie Miller ont sélectionné un ensemble de textes de fantasy qui sont, dans l’ensemble, de bonne facture.
“Le Dit du Drégonjon et de son Elfrie” de Chantal Robillard est un conte (une fable ?) formellement très intéressante, sur la domination masculine. Sur le fond, j’avoue avoir été un peu déçu par une histoire qui m’est un peu passé au dessus…
“Chuchoteurs du dragon” de Thomas Geha se déroule dans un royaume où un dragon choisit, via une marque, deux monarques. La reine actuelle, par amour, va chercher à comprendre ce que cache la caste qui veille sur la volonté du dragon. Elle découvrira un dangereux secret. Une nouvelle classique que j’ai pris plaisir à lire.
“Ophëa” d’Adrien Thomas narre le défis d’une Reine, veuve à cause d’un dragon, lancé à la noblesse : elle épousera celui qui vengera son époux. Un savoureux twist final change la perspective sur la situation initiale.
“Au cœur du Dragon” d’Anne Fakhouri se déroule en des montagnes où une caste de grimpeurs va chercher dans les pics les pierres précieuses se trouvant dans les nids des dragons. Le lecteur suit l’initiation de deux jeunes gens (dont l’un à une origine mystérieuse). Une nouvelle fort sympathique qui m’a fait penser au film Dragon, bien que j’aurai aimé en savoir plus sur les “origines mystérieuses”.
“Achab était amoureux” de Justine Niogret est une nouvelle étrange que j’ai pas du tous aimé…
“Morflam” de Pierre Bordage voit une reine devoir affronter un dragon qui se trouve être le miroir de sa manière de régner. Convenu, mais bien écrit.
“Azr’Khila” de Charlotte Bousquet est un superbe texte sur une vengeance de la part d’une vielle femme dont la tribu nomade a été massacré par des pillards urbains. Le texte, d’ambiance africaine (ais-je trouvé), est violent et très fort (surtout la fin qui vient comme un coup de poing).
Autre bon texte du recueil, “Où vont les Reines” de Vincent Gessler se déroule dans un royaume dont la reine se rend chaque année dans les montagnes afin d’affronter les dragons. La princesse, tombée enceinte d’un officier de la garde, doit s’y rendre à son tour. Un texte qui commence comme une fable guerrière et qui se termine par être une histoire de femme et de maternité.
“Le Monstre de Westerham” de Erik Wietzel narre comment un jeune dragon part à la recherche des hommes afin de ramener un trophée et finit par se lié d’amitié avec une reine cherchant à reconquérir son royaume. Une nouvelle qui aurait pu être une histoire d’amitié mais qui, au final, ne l’est pas vraiment.
“Under a Lilac Tree” de Matthieu Gaborit est l’autre texte dont j’ai le sentiment d’être passé à côté. Une histoire de Urban Fantasy où une femme s’occupe d’un monde magique assez poétique et part à la recherche du dragon pour l’aider à survivre à ses rêves…
“Cet œil brillant qui la fixait” de Nathalie Dau est un très bon texte qui narre comment les cadeaux de soleil et de la lune ont été utilisé par deux peuples afin de se faire la guerre. Mais quand une jeune princesse est sélectionnée pour devenir la Créature qui défend l’un des royaumes, les choses vont changer. Une histoire avant tous romantique et tragique.
“Les Sœurs de la Tarasque” de Mélanie Fazi est une des autres bonnes nouvelles du recueil. Sur une île, à l’époque contemporaine, des jeunes filles sont marquées et préparées dans une école spéciale afin eue l’une d’entre elle serve d’épouse au dragon. la narratrice est une de ses jeunes filles qui doute et qui est plus attirée par l’une de ses camarades que par le dragon. Alors quand cette dernière est choisie par le dragon, elle devient curieuse. La fin m’a laissé sur ma faim et j’avoue espérer pouvoir lire à nouveau un texte se déroulant dans le même “univers”.
Reines et Dragons est un bon recueil de nouvelle, le seul reproche que je pourrais lui faire est d’avoir un thème assez convenue ce qui se reflète en partie sur les choix d’histoires présentées.
Rentre dans le cadre du challenge nouvelles et novellas.