18.01.16

18.01.16 est un recueil de six nouvelles de Rozenn Illiano qui ont comme particularité de se dérouler dans le même univers et de toutes converger vers la date fatidique du 18.01.16. Les nouvelles vont de sympas à excellentes pour forme, au final, un bon recueil.
“Une grande nouvelle” est probablement la nouvelle la plus faible du recueil. Elle explore les conséquences, pour une jeune femme, de l’annonce que les chats seraient capable de percevoir les esprits des personnes décédées. Une idée sympa pour une nouvelle bien écrite, mais anecdotique.
“Burn the witch” suit une jeune SDF dans Paris alors qu’elle découvre que la magie est réelle et qu’elle est une sorcière. Une histoire d’Urban Fantasy qui met en avant l’amitié (l’amour ?) dans la rue entre deux jeunes femmes.
“Dialogue avec les ombres” reprend certains deux des personnages de “Burn the witch” en les lançant dans un dialogue silencieux où chacun parle de l’autre. Une nouvelle bien écrite avec un échange bien trouvé.
“Dans le verre” est pour moi la meilleure nouvelle du recueil. Ce texte sombre suit un jeune homme qui revient sur le lieu où vivait sa meilleure amie disparue. Son parcours pour s’y rendre est mis en parallèle avec leur passé commun…. Vraiment un très beau texte qui m’a même arraché quelques larmes.
“Les archivistes” est un texte qui se déroule peu de temps après la fin de Elisabeta, mais qui peut se lire de manière indépendante, et qui suit un vampire lisant le journal de son père, le dernier archiviste du Cercle, les garants de la mémoire et des chroniques de la race vampirique. Outre de nombreuses informations sur le Cercle, le texte comprend un ensemble de date qui sont un puzzle sur le passé et l’avenir de l’univers créé par l’auteure.
“La balade des marcheurs de rêve” clôt le recueil en suivant le chemin d’une jeune femme capable de marcher dans les rêves. Ses pérégrinations vont la mener a rencontrer plusieurs des ses “confrères” afin de comprendre une visions que tous ceux pouvant percevoir le futur ont eu, mais pas elle, sur une lumière aveuglante envahissant le monde. La nouvelle se termine le 18.01.16….
Au final 18.01.16 est un recueil de qualité qui, tel une fenêtre, permet de jeter un œil sur les différentes facettes des écrits de  Rozenn Illiano. J’en veux plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code