The Ladies of Grace Adieu

The Ladies of Grace Adieu est un recueil de nouvelles de Susanna Clarke. La meilleur manière de résumer ses nouvelles et son style d’écriture serait de dire que Clarke a écrit ce qu’aurait écrit Jane Austen si elle avait fait de la Fantasy. Ainsi toutes les nouvelles de ce recueil se déroulent dans le Royaume Uni des XVIIIe et XIXe siècles, écrites comme si elles étaient d’époque et mettant en prise des humains avec les êtres de Faerie. C’est très agréable à lire et elles sont, dans l’ensemble, d’excellentes factures. Par contre si vous n’aimez pas Jane Austen et la littérature du XIXe siècle vous n’aimerez probablement pas le recueil.

Dans l’ordre les nouvelles parlent de :

“The ladies of Grace Adieu” met au prise trois jeunes femmes, et leur vision de la magie, avec J. Stranger, un des plus grand mage d’Angleterre, et sa vision masculine de la magie.

“On Lickerish Hill” conte les péripéties d’une jeune épouse qui fait un pacte avec un lutin.

“Mrs Mabb”, ou comment une jeune femme va lutter contre cette personnalité de la Faerie afin de récupérer l’homme qu’elle aime. A mon avis une des meilleurs histoires, avec celle de Mr Simonelli, du recueil.

“The Duke of Wellington misplaces his horse” se déroule dans l’univers de Stardust, et narre les péripétie du duc de Wellington au delà du mur.

“Mr Simonelli or the Fairy widower” est un extrait du journal du révérend Simonelli qui découvre, dans un coins perdu de l’Angleterre, ses origines féériques et les étranges coutumes des princes qui y habitent.

“Tom Brightwind or how the fairy bridge was built at Thoresby” ou comment un prince de féérie en voyage avec un médecin juif va construire un pont en une nuit.

“Antickes and frets” raconte les mésaventures de la Reine Mary d’Ecosse qui cherche à se venger de la Reine Elizabeth à travers la confection de vêtement aux coutures magiques.

“John Uskglass and the cumbrian charcoal burner” raconte les mésaventures du “Raven King”, le plus grand magicien britannique de tous les temps, face à un charbonnier et aux Saints catholiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code