The brief wondrous life of Oscar Wao

The brief wondrous life of Oscar Wao est un roman improbable qui narre une saga familiale sur trois génération qui s’étend de la République Dominicaine de Trujillo au New York des années 80 et 90. Le roman est improbable car il mélange avec bonheur, ce qui n’était pas gagné, une saga familiale, l’histoire de la République Dominicaine, une touche de réalisme magique et des références geek à foison.

Le roman, dont le narrateur principal (mais pas le seul) est Yunior le personnage centrale de Drown, suit la vie de Oscar Wao, un jeune dominicain né et vivant aux États-Unis, gros, geek en phase terminal, obsédé par les filles mais incapable d’en avoir une seule. C’est que la famille de Oscar a une histoire particulière et transporte avec elle la malédiction du fuku (une chose typiquement dominicaine) depuis l’époque où son grand-père à tous perdu à cause du dictateur Trujillo. Les différents chapitres de The brief wondrous life of Oscar Wao narrent les différents évènements de cette saga familiale en nous plongeant dans les méandres de l’histoire dominicaine contemporaine.

Le tout est écrit avec brio et rythme et est parsemé de références geeks et de notes de bas de page sur la République Dominicaine qui présente avec un ton tout particulier l’histoire du pays. Ainsi, Trujillo est régulièrement comparé à Sauron et ses lieutenants aux spectres de l’anneau, la grand-mère d’Oscar maitrise la Voix des Bene Gesserit, etc. Ce mélange, puisque un peu de réalisme magique/fantastique c’est glissé dans le roman, aurait pu donner un OVNI littéraire indigeste; et bien il n’en ait rien et la lecture de ce livre (dont la gestation à pris onze ans) et un vrai bonheur qui devrait plaire aux geeks comme au amateur de littérature contemporaine de qualité.

Une réponse sur “The brief wondrous life of Oscar Wao”

  1. J'ai moi aussi beaucoup aimé ce texte aux multiples qualités. Je lui reprocherais toutefois deux choses: certains passages, en raison de l'argot, sont parfois difficiles, et le thème du fameux "fuku" n'est finalement pas développé. Le reste est très bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code