River of Stars

Se déroulant près de 400 ans après Under Heaven, River of Stars se déroule dans l’Empire de Kitai (une Chine quasi historique avec un soupçon de fantastique).
L’Empire a perdu une province face aux tribus des steppes il y a de cela quelques siècles, ils paient tribu (sous un autre nom) a ses voisins et les noblesses méprisent (et craint) les métiers des armes. Pourtant l’Empire est toujours prospère et voit fleurir les arts. C’est surtout le premier ministre et la court (lieux d’intrigues nombreuses) qui dirigent le pays tant l’Empereur est surtout préoccupé par l’extension et l’amélioration de ses jardins.
C’est dans ce contexte que River of Stars suit la trajectoire de plusieurs personnages jetés face à l’histoire en marche et au tourment et changement qui menace Kitai. Il y un bandit qui deviendra soldat souhaitant restaurer la grandeur de Kitai et récupéré la province perdue; il y a une jeune femme, trop éduquée par son père, qui rentre dans la famille impériale; et puis il y a un premier ministre vieillissant et un poète exilé. La trajectoire de ses personnages (surtout les deux premiers, figures centrales du récit) vont se croiser et se recroiser dans cette fresque s’étendant durant plusieurs décennies.
 Guy Gavriel Kay livre un roman riche et prenant où le monde ne vit pas que pour les personnages et où le souffle de l’histoire peut balayer les ambitions les plus grandes et purs. Le narrateur, le même que pour Under Heaven, est excellent et renforce l’attrait du récit. Le seul, léger, bémol que je pourrais faire est le manque d’une accroche claire pour lancer l’histoire (mais il faut dire que celle de Under Heaven reste une des meilleurs que j’ai pu lire).

Une pensée sur “River of Stars”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code