La geste du sixième royaume de Adrien Tomas

J’ai profité de la sortie récente en version audio de La geste dus xième royaume pour m’attaque à ce gros bouquin de Fantasy d’Adrien Tomas.

Il s’agit au final d’une histoire de Fantasy assez classique : un continent, cinq royaumes humains, dans les montagnes des cités naines, dans les royaumes humains des enclaves de magiciennes et au cœur du continent une forêt gigantesque où sont réfugiés les « monstres » et peuples « magiques ».

Cinq personnages hétéroclites et qui ne se connaissent pas : une magicienne, un barde, un demi-nain colporteur itinérant, un jeune voleur et un homme-loup. Ils ont été choisi par un des deux aspects du monde pour être ses champions et défendre le sixième royaume contre l’autre aspect du monde qui veut sa mort.

Débute alors une lutte à mort entre les champions du Père et celui du Maître qui se traduit par une guerre entre le sixième royaume et le reste des royaumes humains.

Sur ce canevas classique, Adrien Tomas tisse une fresque épique bien écrite et intéressante; de la bonne Fantasy en somme. La version audio est très agréable à l’oreille et aussi bien le texte que le lecteur vont bien.

Le sang de la Cité de Guillaume Chamanadjian

Premier tome d’une double trilogie (La Tour de garde, divisée entre capital du Sud écrit par Chamanadjian et capital du Nord écrit par Claire Duvivier), Le sang de la Cité se déroule dans une grande mégalopole, la Cité, de type renaissance, dont les différents quartiers sont sous le contrôle de clans qui se font parfois des guerres mortelles.

C’est le cas du clan de la Caouane (tortue de mer) qui a exterminé il y a de cela une dizaine d’année un clan adverse. Nox et sa sœur étaient alors enfants et on été trouvés, enfermés, dans une geôle. Recueilli par le Duc Servaint, le chef du clan de la Couane, ils font maintenant partie de son clan.

Nox est un jeune homme très sociable qui travaille comme commis dans une épicerie fine réputée de la Cité. Connaissant la ville et ses recoins de manière quasi surnaturelle il va se retrouver peu à peu embrigader dans les intrigues politiques de son clan qui veut ouvrir un canal traversant la ville.

Entre formation au jeu politique et à l’assassinat, Nox va découvrir peu à peu les secrets politiques et mystiques de la Cité…

Le sang de la Cité est un roman qui prend le temps de poser ses personnages, dont la Cité elle même, en déambulant dans les artères de la ville. A mon sens c’est sa grande force, celle de poser une ville avec sa vie quotidienne, mais aussi ses secrets mystiques et sa mythologie. Le personnage de Nox est attachant mais presque un peu benêt alliant une connaissance de la ville quasi surnaturelle à une naïveté naturelle qui le fait tomber dans des pièges politiques mortelles à plusieurs reprises. Je suis vraiment curieux de connaitre la suite et le premier tome de sa trilogie sœur.

Chevauche-brumes de Thibaud Latil-Nicolas

Premier tome d’une trilogie, j’ai profité de la sortie des deux premiers tomes en version audio (à quand le troisième ?) pour m’attaquer à cette série.

Le premier tome, « assez court », suit les officiers et quelques personnalités marquantes  de la neuvième compagnies des légions du Roy du Bleu-Royaume (un royaume de Fantasy). La compagnie est envoyée dans une petite ville frontière où la brume noire et impénétrable qui marque la séparation entre le Bleu-Royaume et « autre chose » semble s’étendre et dégorger des créatures de cauchemars.

Jouant avec le code du roman de Fantasy de guerre et de la compagnie de mercenaire, Chevauche-brumes propose une histoire de guerre et de magie tout en posant les fondements d’un univers de Fantasy.

Une lecture agréable qui ouvre ma curiosité pour sa suite.

Demain et le jour d’après

Prévu pour fin avril prochain chez Albin Michel Imaginaire, Demain et le jour d’après de Tom Sweterlitsch, que j’ai audio-lu en VO (sous le titre Tomorrow and Tomorrow) est une quête assez glauque se déroulant dans un futur proche.

Aux États-Unis, dans un monde où presque tous le monde est muni d’un implant permettant d’être connecté en permanence et de vivre complétement la réalité virtuel, John Dominic Blaxton tente de survivre à la mort de sa femme enceinte, lors d’un attentat nucléaire qui a rasé la ville de Pittsburgh.

Travaillant comme enquêteur pour des compagnies d’assurances, il travail dans l’Archive : une reconstitution virtuelle de Pittsburgh basé sur les vidéos de surveillance privées et publics de la ville et permettant de revivre sa fin comme son passé récent. Ayant des problèmes d’addiction il est condamné à suivre une thérapie.

Lorsque son nouveau psy lui propose du travail en échange d’une « remise de peine » il saute sur l’occasion. Il se retrouve alors à enquêter sur une jeune fille dont l’image disparait peu à peu de l’Archive. Son enquête va le mener bien plus loin qu’il ne le pensait sur les traces d’un tueur sordide et méthodique.

Demain et le jour d’après est un thriller futuriste bien écrit et particulièrement remuant.

Bear Head de Adrian Tchaikovsky

Bear Head est une suite au sympathique Chiens de guerre. Ce second roman se déroule plusieurs décennies après le premier tome et alterne entre la Terre et Mars.

La situation géopolitique et sociétale a changer depuis la fin de Chiens de guerre; les animaux provolués (uplift) ont obtenu des droits et une certaines protections (il est par exemple interdit de leur implanté une hiérarchie pour les contrôler sans leur autorisation) mais leur statut reste précaire. La colonisation de Mars a débuté avec l’aide de travailleurs modifiés pour survivre dans un environnement extrême. Les formes d’intelligence distribuées (càd repartie entre plusieurs individus) sont par contre interdites et traquées. C’est notamment le cas de Bees, l’essaim d’abeilles intelligent, qui, après avoir aidé au début de la colonisation martienne, est devenu une sorte de grand méchant épouvantail.

C’est dans ce contexte que le lecteur suit. sur Mars, Jimmy Marten un travail humain modifié qui, pour gagner un peu d’argent illégalement, prend en charge dans son implant cérébrale des données de contrebande. Pour sa malchance ces données sont la personnalité de Honney (une ourse provoluée déjà présente dans Chiens de guerre) qui est sur Mars pour retrouver Bees et mettre fin aux agissements dangereux d’un politicien.

Sur Terre le lecteur suit à la fois les souvenirs de Honney qui explique comme elle arrive à la situation au début du roman et l’expérience de l’assistante de Warner S. Thompson, le politicien en question, qui a été privée de son libre arbitre et doit tout faire pour satisfaire son sociopathe de patron…

Feydrautha analyse le roman bien mieux que moi sur bon blog pour ceux qui en veulent plus. Mais comme lui je trouve ce second tome plus fouillé et abouti que le premier; Bear Head propose une réflexion sur les droits humains et des créatures pensantes et sur les dangers que posent une certaines évolutions possibles de la technologie.

Shorefall de Robert Jackson Bennett

Second tome de la trilogie, après Les Maîtres enlumineurs qui sort prochainement en français, Shorefall de Jackons Bennet débute quelques années après la fin du premier tome et élève grandement les enjeux de ce monde de Cyberpunk Fantasy.

Attention spoilers pour ceux n’ayant pas lu le premier tome…

Quelques années ont passé depuis les exploits de Sansia, avec un petit groupe elle est maintenant à la tête d’une petite maison marchande qui tente de changer Tevanne en démocratisant les objets enluminés. Mais lorsque une des grandes maisons marchandes ramène à la vie les premiers des Hierophants, dont la maitrise des enluminures étaient tel que l’ont dit qu’il créa un dieu, c’est la nature de la réalité est en périle.

Sansia et ses compagnons vont tous faire pour s’opposer à cette nouvelle menace et défendre Valeria, la puissante enluminure sentiente. Mais cette dernière a des projets pour la réalité bien à elle aussi.

Porté par un sentiment d’urgence et de fin du monde, Shorefall ressuscite le passé de son monde afin de l’éclairer d’une manière différente. Le côté Cyberpunk est toujours là, le plaisir de lecture aussi même si, sur ce second tome, l’affrontement de deux entités surpuissantes donne parfois le sentiment que les personnages sont plus spectateurs que acteurs de l’intrigue.

Ordo de Anthony Combrexelle

Sorte de Ocean eleven magique, Ordo se déroule « de nos jours » à New York. L’Ordo Magicae est une sorte de mafia magique. Formé de cinq familles, toutes descendante du même ancêtre, Ambrose Donosisus, 356 ans et toujours vaillant, leurs membres peuvent manipuler l’Obscur pour réaliser de la magie; et ce grâce au pacte passé par Ambrose avec des puissances infernales.

Mais lorsque Ambrose est assassiné, cinq de ses petits-enfants décident de profiter de son enterrement pour lui voler la couronne  des enfers afin de passer un pacte eux aussi avec un puissant démon et se libérer ainsi de la tutelle familiale. S’en suit la mise au point d’un plan et son exécution qui vont les mener à découvrir des secrets familiaux et que la recherche de la liberté n’est pas de tous repos.

Ordo de Anthony Combrexelle est un roman bien construit et plein de rebondissements dont la fin amène son lot de surprise et de retournements.

Remote Control de Nnedi Okorafor

Novella de Nnedi Okorafor, Remote Control  se présente presque comme une légende africaine : une jeune fille, Sankofa­­, avec son renard Mövenpick, parcourant les routes du Ghana; on l’a dit fille de la mort et les gens lui offrent nourritures et vêtements de peur qu’elle leur fasse du mal.

Mais là où une légende prendrait sa source dans le passé, l’histoire de Sankofa se passe dans un futur proche et a son origine dans une « graine » venu de l’espace qui l’a changé : Sankofa peut « luire » et tel une pile radioactive elle peut tuer.

Remote Control raconte comme Sankofa est née et pourquoi elle voyage sur les routes du Ghana à la poursuite d’une graine. La novella raconte aussi comment se conclut sa quête et son histoire. Une novella bien écrite qui est à la fois une légende de demain et l’arrivée dans l’âge adulte d’une fille que le destin (ou la fatalité) a mis à part.

Si Le Bélial voulait la traduire pour leur collection « une heure-lumière » je suis certain qu’elle rendrait très bien avec une couverture de Aurélien Police…

Les Maîtres enlumineurs de Robert Jackson Bennett

Premier tome d’une trilogie, Les Maîtres enlumineurs de Robert Jackson Bennett sort chez AMI (si le COVID ne retarde pas à nouveau sa parution) en français courant mars, mais j’ai déjà pu l’audio-lire en VO (sous le titre Foundryside).

Présenté par certains, avec une certaine justesse,  comme un roman Cyberpunk déguisé en roman de Fantasy, Les Maîtres enlumineurs s’attache au pas de Sansia, une ancienne esclave dans des plantations, un sujet de laboratoire aux pouvoirs limités (elle sent les objets) et surtout voleuse talentueuse dans la cité de Tevanne (le « centre » du monde).

Le monde développé par Jackson Bennett est commandé par les maisons marchandes qui, depuis la cité de Tevanne, ont conquis peu à peu leurs voisins. Le « secret » de leurs puissances : des objets enluminés (« scrived ») avec une écriture magique qui change leurs réalités (des épées se croient plus rapide, des murs plus solides, des flèches plus rapides, etc.). Cette écriture est dérivée d’une écriture plus ancienne dont les gens savent peu de chose sinon que ses inventeurs auraient eu des pouvoirs quasi-divins.

Lorsque Sansia se retrouve a voler un artefact ancien, une clef, elle se retrouve projeté dans des intrigues qui la dépassent. Pour sauver sa vie, Sansia va devoir découvrir ce qui se cache derrière des manigances des puissants et découvrir, au passage, des secrets dangereux…

Les Maîtres enlumineurs propose effectivement une intrigue digne d’un roman Cyberpunk mais dont la technologie se manifeste sous la forme d’une écriture magique logique. Ce premier tome est une vraie réussite.

Lady Astronaute de Mary Robinette Kowal

Mary Robinette Kowal a débuté un cycle uchronique dans lequel un astéroïde a percuté la Terre peut de temps après la fin de la seconde guerre mondiale déclenchant un cycle de réchauffement climatique inéducable. Afin de permettre la survie de l’espèce humaine le programme d’exploration spatiale (et de colonisation) a été fortement développé.

Ce cycle, débutant avec Vers les étoiles et contant pour l’instant trois romans, est également composé de quelques nouvelles qui sont réunies dans ce recueil. Chronologiquement les cinq nouvelles  vont de peux de temps avant la chute de l’astéroïde (et présentant celle-ci sous un autre jours) au moment où Mars est une colonie terrienne.

Elles forment un complément intéressants aux romans qui se lit agréablement et rapidement.