The midnight library de Matt Haig

Nora Seeds a 35 ans, elle vient de perdre son travail dans la boutique de musique de la petite ville britannique dans laquelle elle vit, son chat est mort, elle ne voit plus d’avenir à sa vie pleine de regrets : regret de ne pas avoir persévéré dans sa carrière de nageuse à l’adolescence, de ne pas avoir continuer à faire de la musique avec son frère, de ne pas avoir marier l’homme dont elle était amoureuse, etc. Nora veut mourir, elle se couche après avoir pris des médicament et « se réveille » dans une bibliothéque infinie où chaque livre est une vie possible qu’elle aurait pu vivre si elle avait fait d’autres choix.

Nora va donc pouvoir expérimenter différentes vie dans l’espoir de trouver celle qui lui convient, ou de mourir…

Dans The midnight library, Matt Haig reprend un thème courant : que serait ma vie si j’avais pris d’autres décisions. Et à partir de là il présente une réflexion sur les choix que nous faisons, leurs impacts sur nos vie et ce qui fait, en somme l’expérience humaine.

Il en ressort un roman fort sympathique qui, sans atteindre les sommets de Mes vrais enfants de Jo Walton (sur le même thème), est une excellente lecture.

The Old Drift de Namwali Serpell

Prix Arthur-C. Clarke 2020, The Old Drift est le premier romand de Namwali Serpell autrice zambienne vivant aux États-Unis.

The Old Drift suit le destin, sur trois générations, de trois familles zambiennes (de l’époque colonial à un futur proche) au travers de l’histoire de la Zambie.

Le roman oscille donc entre plusieurs points de vue et mêlent l’histoire de la Zambie et celles des différents protagonistes. Les membres des trois familles voient leurs histoires se croiser à plusieurs reprises avant de culminer, dans un futur proche,  sur une action qui va changer le futur du pays.

Entre roman historique, réalisme magique (par petites touches) et afrofuturisme, The Old Drift est une fresque très intéressante qui se perd parfois dans les pérégrinations de ses personnages. Il reste quand même une écriture prenante et une ambition.

Piranesi de Susanna Clarke

Après près de 15 de « silence » littéraire, l’autrice Susanna Clarke revient avec un court roman (un peu moins de trois cents pages, son premier et unique roman en faisait près de mille), Piranesi, qui est brillant.

Le lecteur découvre le journal de Piranesi, un jeune homme qui vit dans un manoir gigantesque où les pièces du rez-de-chaussé sont inondées, celle des combles perdus dans des nuages, et où chaque salle, énorme, est remplie de sculptures gigantesques. Dans ce labyrinthe Piranesi ne connaît que quatorze autres êtres humains, treize squelettes et l’Autre qui cherche a attirer à lui un grand secret de connaissance. L’Autre rend visite deux fois par semaines à Piranesi et lui demande de l’aide dans ses recherches.

Dans ce monde envoûtant et étrange Piranesi est chez lui, il connaît de nombreuses salles et le rythme des marées qui, depuis le rez-de-chaussée, inondent certaines salles régulièrement. Mais peu à peu le doute s’installe : qui est-il vraiment ? Que veut l’Autre ? Qui est-il ? Et qui ce mystérieux Seizième qui parcours un beau jours lui aussi le manoir ?

Piranesi est un roman puissant et beau qui peu à peu lève le voile sur un monde enchanté et sur le mystère d’un professeur d’université mi-gourou / mi-génie. Une lecture splendide.

 

The doors of Eden de Adrian Tchaikovsky

The doors of Eden est un court roman d’action où Tchaikovsky s’attaque au thème des mondes parallèles. Le lecteur est invité à suivre la trajectoire de plusieurs personnages qui finissent par se croiser : Lee et Mal deux jeunes anglaises partageant une passion pour la cryptozoologie et dont l’une a disparu dans un ailleurs étrange, la génie mathématique trans Kay Amal Khan, les agents du MI-5 Julian et Alison, le richissime entrepreneur Rove et son tueur Lucas.

Tous ses personnages se retrouvent pris dans une intrigue qui les mènent à tenter de sauver l’ensemble des univers, passant d’un monde à un autre, découvrant au passage des évolutions différentes de la vie et d’autres intelligences.

The doors of Eden est bien écrit et sympathique à lire. Une fois cela dit il faut aussi ajouter qu’il s’agit avant tous d’un court roman d’aventure dont la toile de fond et l’existence de mondes parallèles. Ici c’est donc l’action et l’aventure qui prime, l’évolution des différentes intelligences entre les différentes mondes est réfléchi et agréable à lire mais cela reste une toile de fond pour le récit d’actions. Pris dans ce sens c’est un sympathique roman qui se laisse lire avec plaisir.

L’avis de Gromovar et FeydRautha

The book of dragons

Cette anthologie centré sur les dragons proposes une trentaine de textes (nouvelles et poèmes)  traitant de ces créatures mythiques.

Sans détailler l’ensemble des textes, je l’admet cette chronique sera très, trop, courte, je peux néanmoins vous dire que l’anthologie vaut le détour. La majorité des textes vont du bon au très bon, et le nombre de textes qui m’ont moins plus est très faible.

Les différents auteurs proposent des textes de fantasy, mais également de science-fiction d’anticipation ou de fantasy urbaine. La figure du dragon est de plus utilisée parfois dans une acceptation plus métaphorique. Bref, The book of dragons est une bonne anthologie thématique que je ne peux que vous conseiller.

PS : un petit mot pour ceux qui ont apprécier Passing Strange de Ellen Klages, une des nouvelles de l’antho se passe à San Francisco et voit passé une des personnages de la novella (une histoire d’entrée dans l’âge adulte où Terremer de Leguin joue un rôle importe).

Les Hurleuses de Adrien Tomas

Premier tome d’une duologie, Vaisseau d’arcane, Les Hurleuses de Adrien Tomas est un roman d’aventure et de Fantasy-steampunk très agréable à lire.

Il suit plusieurs personnages qui se retrouvent victimes des manigances des puissants et de l’Arcane, l’expression de la magie qui est aussi puissante qu’imprévisible. Il y a déjà Sof et Solal, les frères et soeurs : Solal frappé par un éclaire d’arcane voit son corps investit de magie et son esprit annihilé. Il devrait normalement être remis au gouvernement pour utiliser son énergie magique, mais Sof décide de fuir. Poursuivie, elle se retrouvera entrainé dans un voyage en terre Orc (les orcs de fantasy avec un twist végétale) accompagnés d’un dangereux et doué assassin aux motivations floues.

En parallèle le lecteur suivra les premiers pas d’un nouvelle ambassadeur venus des Abysses (un poisson intelligent) dans la capital d’un royaume indépendant mais cerné d’ennemis.

Adrien Tomas monte doucement une intrigue d’envergure dans un roman d’aventure bien écrit et imaginatif. Je veux maintenant le tome 2…..

Trois coracles cinglaient vers le couchant de Alex Nikolavitch

Proposant une relecture des mythes arthuriens, Alex Nikolavitch s’attaque à  la figure de Uther Pendragon avec Trois coracles cinglaient vers le couchant.

Le roman suite le voyage de Uther Pendragon et plusieurs de ses hommes, dont un barde noir et le romain Ambrosius Aurelianus, vers les iles de l’Ouest afin d’exiger des dieux plus de pouvoir pour protéger la Bretagne des chefs près à la vendre pour gagner du pouvoir et des envahisseurs saxons et gaëls Il débute, comme le titre l’indique, par trois coracles voguant sur l’océan et se termine avec la mort de Uther.

Entre deux une épopée entre histoire et mythe qui retracent l’épopée de Uther de ses jeunes années comme chef de guerre au crépuscule de sa vie. Le tout en ne se focalisant par sur les figures de Arthur et Merlin (le premier est brièvement en filigrane, le second n’est même pas nommé). Un voyage agréable et interessant.

Un long voyage de Claire Duvivier

Un long voyage est un roman de low Fantasy qui est le récit de vie, écrit à la première personne, de Liesse, un insulaire qui a été élevé par la délégation impériale avant poste de la colonisation de l’archipels dont il est originaire.

Ni impériale, ni insulaire, il va se mettre au service de Malvine la nouvelle gouvernante de l’île pour ensuite la suivre sur son poste suivant dans la plus récente des provinces de l’Empire, une cité-état dont les habitants sont  les décédant d’anciens esclaves qui se sont libéré il y a de nombreuses générations en arrière. C’est là que Liesse sera témoin d’événements importants pour la cité-état et de loin de la fin de l’Empire; il passera dans la cité également la fin de sa vie.

Difficile d’en dire d’avantage sans déflorer l’intrigue et les surprises qu’elle recèle, mais Un long voyage est un roman qui prend son temps et qui s’attache aux petites choses du quotidiens et à un individu face aux événements historiques. C’est bien écrit, tout en finesse, une vraie réussite.

Les avis de Gromovar, Tigger Lilly, Anouchka, Lune et Nicolas (qui propose aussi une interview de l’autrice).

Les secrets du premier coffre de Fabien Cerutti

Premier recueil de nouvelles de Fabien Cerutti, Les secrets du premier coffre propose six textes se déroulant dans l’univers du Bâtard de Kosigan : trois nouvelles déjà publiées dans les anthologies des Imaginales mais revus/étendus par l’auteurs, deux nouvelles inédits et une pièce de théâtre (inédite également).

Fabien Cerutti écrit bien et tous les textes proposés ici sont intéressants à lire. Le lecteur connaissant le cycle du Bâtard y trouvera sans doute d’avantage de plaisirs car il ferra les liens avec des personnages connus et l’Histoire « cachée ».

« Légende du premier monde » emmène son lecteur dans un temps lointain qui vit la création des créatures magiques. Les mythes de Mu et de l’Atlantide sont ici convoqués afin de proposer un bout de la vie d’un savant/mage de génie dont l’influence se fera sentir pendant très longtemps…

« Ineffabilis Amor » narre les amours entre le pape Innocent III et une satyre, la nouvelle plonge également aux origines des croisades noirs qui décimèrent les rangs des peuples magiques d’Europe.

« Le crépuscule de l’aube » présente une voie pour la survie du peuple Fay, quand Pinocchio et Gepeto rencontre le monde de Kosigan; j’espère qu’une suite sera donné à ce texte un jour.

« Jehan de Mandeville, le livre des merveilles du monde » mène le lecteur, aux travers d’extraits du journal de Jehan de Mandeville et de parties narrées, vers la Chine afin d’apporter la pierre finale à un projet insensé d’exode pour les créatures magiques. Pour celui-ci je veux définitivement une suite !

« Les jeux de la cour et du hasard » est une pièce de théâtre truculente qui se déroule à la cours d’Angleterre et qui implique le Bâtard de Kosigan. Intrigues politiques et amoureuses, ainsi que sorcellerie, sont au rendez-vous pour un texte riche en rebondissements et en bon mots.

The Order of the Pure Moon Reflected in Water de Zen Cho

Avec ce court roman (une grosse novella dirait les anglo-saxon) Zen Cho propose une histoire de bandits digne d’un wuxia.

The Order of the Pure Moon Reflected in Water débute avec un groupe de bandits entrant dans un café, là ils font du grabuge et se retrouve avec une nonne de l’Ordre de la Lune pure reflétée dans l’eau qui survit dans un monde hostile après la destruction de son couvent. Le reste est une suite de pérégrination impliquant le recel de reliques sacrées, les autorités et beaucoup de malices.

The Order of the Pure Moon Reflected in Water est une histoire d’aventure avec une pointe de réflexions religieuses à l’écriture maitrisée et drôle.