Or et Nuit

Mathieu Rivero plonge le lecteur, avec Or et Nuit, dans le monde des Milles et une nuit. Shéhérazade a quitté le palais de son mari en y laissant ses deux enfants afin de parcourir le monde et vivre ses propres histoires. Alors qu’elle se dirige vers les terres des Djinns, Shéhérazade est capturée par un brigand et garée prisonnière dans une grotte.
Faisant honore à sa réputation, la reine raconte une histoire au brigand : l’histoire du Sultan-Dragon. Le petit fils d’un Sultan ayant, d’après sa propre légende, bu le sang d’un dragon. Shéhérazade raconte la vie de ce jeune homme vivant caché dans son propre palais, ne connaissant pas l’étendu de ses pouvoirs et formant une alliance avec la cité de Babylone.
Le jeune homme évoluera jusqu’à devenir le Sultan-Dragon des légendes. En chemin il connaitra l’amours, l’amitié et la guerre. Evidement les histoires de Shéhérazade et du Brigand rejoignent au final celle du Sultan pour une fin un peu rapide.
Au final Or et Nuit est une fantasy oriental, peuplé de Sultan, de ghuls et de djinns. Si l’histoire racontée par Rivero est plaisante, j’ai eu le sentiment tous le long de ma lecture qu’il manquait quelque chose à ce roman. Après réflexion, j’ai le sentiment que c’est une qualité d’écriture qu’il manque. Si il est agréable à lire, il manque une vraie pate littéraire au roman à même de sublimer l’histoire ; un jeu sur l’oralité par exemple au travers de la manière dont Shéhérazade narre et tisse son histoire.
En l’état Or et Nuit est un divertissement agréable sans plus.

Une pensée sur “Or et Nuit”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code