Las cosas que perdimos en el fuego de Mariana Enriquez

Les onze nouvelles fantastiques, se déroulant en Argentine, qui forment le recueil Las cosas que perdimos en el fuego sont autant d’uppercuts qui frappent le lecteur.

Les différentes nouvelles ont plusieurs point en commun : récit court, baignant dans le fantastique, ayant souvent un protagoniste féminin, se terminant abruptement sans donné d’explications ou d’épilogues.

Las cosas que perdimos en el fuego forme donc un recueil où la violence du quotidien rencontre le fantastique de manière crus et violentes. C’est un recueil qui fouille dans ce cas l’humanité a de plus sombres et qui le fait bien. Les lecteurs de Notre part de nuit retrouveront même ici la visite d’une maison hantée qui est une version plus ancienne d’une scène retravaillée du roman.

Une réponse sur “Las cosas que perdimos en el fuego de Mariana Enriquez”

  1. Il est disponible aussi en français.
    Dans ces contes on retrouve c’est vrai l’atmosphère de Notre part de nuit.
    Dans Les choses que nous avons perdu dans le feu, le titre de la nouvelle qui est le titre du recueil, est semble t-il inspiré d’un feminicide, celui de Wenda Taddei,en Argentine en 2010, aspergée d’alcool et brûlée par son mari.
    Mariana Enriquez essaye de nous faire entendre certains messages même si on n’a pas forcément de réponse au bout..
    Merci pour la chronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code