Kalpa Imperial

Kalpa Imperial fait partie de ces rares livres que je relis régulièrement à quelques années d’écart. A chacune de mes relectures je suis toujours surpris de réaliser à quel point j’apprécie ce livre d’une auteure pourtant inconnus dans le monde francophones et dont seulement deux ouvrages ont été traduits en langues anglaise (celui-ci par Ursula K Leguin et Trafalgar) avec plus de 20 ans de délais.
Pour en revenir à Kalpa Imperial, il s’agit de onze récits, fortement inscrit dans un style proche de l’oralité, qui raconte des événements de la longue et vaste histoire de “l’empire le plus vaste qui n’ait jamais existé.”
Je suis toujours un peu emprunté quand il s’agit de parler des nouvelles de ce recueil. En effet, bien que ne formant pas une histoire cohérentes et pouvant se lire de manière individuelle, elles ont néanmoins une unité et font apparaître en les lisant ensemble, une unité dans la manière dont elles sont narrées et des thématiques abordées : oralité, le pouvoir (la manière d’y arriver, de s’y maintenir, de l’exacerber ou de le et de s’y perdre), une réflexion sur l’histoire et l’Histoire, sur l’importance des petits actes.

Si tous les textes du recueil sont de bonnes factures j’ai quand même une inclinaison particulière pour :
Acerca de ciudades que crecen descontroladamente” qui raconte l’histoire d’une ville de sa fondation à la période durant laquelle son histoire est contée. Avec la prise et la perte (et la re-prise et la de-perte) d’importance de la cité durant le temps de son histoire.

Y las calles vacías”, une autre histoire de ville mais nouvelle cette fois ci, dont la construction fut ordonnée sur un coup de tête par un Empereur et qui resta vide suite aux sanglantes manigances du suivant…

Así es el sur” un récit sur une des nombreuses révoltes du sud de l’Empire, une région jamais totalement pacifiée et aux mœurs bien différentes du Nord. Une nouvelle sur la différence, la peur de l’autre et une manière de vie différente (celle du Sud 😉 )

El estanque” une nouvelle sur un médecin observateurs, la fin d”un Empereur et une jeune femme séditieuse. C’est une nouvelle où il ne se passe pas forcément beaucoup à de choses, mais qui dégage une puissance et un calme qui me marque à chaque fois.

J’aurais en fait, je m’en rend compte l’envie de citer chaque nouvelle individuellement, au final je vais me contenter de vous conseiller la lecture de ce recueil. En espagnol, sa langue d’écriture, si vous le pouvez ou en anglais, si vous le pouvez, autrement. Ami éditeur si tu traduit (bien) ce recueil je te promet de l’offrir à plein de monde.

Lu dans le cadre du challenge SFFF au féminin

http://ledragongalactique.blogspot.ch/2014/03/challenge-sfff-au-feminin.html?showComment=1394271167545#c7928591275848414423

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code