Fêlures

Recueil de neuf nouvelles de Rozenn Illiano, Fêlures propose des histoires douce-amère où planent l’ombre de Poe et des corbeaux.

C’est de Poe qu’il est directement question dans deux nouvelles du recueil, de la reine des neiges et de ce qui se passe lorsque le froid et l’hiver sont plus attirants que la vie dans la première nouvelle du recueil. Une divinité végétale se reveille et change des “élus” dans un monde qui se meurt dans une des nouvelles.
Quatre nouvelles du recueil forment une suite suivant une jeune femme capable de marcher dans les rêves. Ce pouvoir, à la limite d’une malédiction, la poursuit et la ronge, ainsi qu’une perte dont on n’aura que les échos.
Finalement, le recueil se conclut par une jeune amnésique qui se fait tatouer par un tatoueur dont l’histoire des ses clients forment le socle de son pouvoir sur l’au-delà.
Fêlures est une lecture agréable, à titre personnel j’ai trouvé les nouvelles de ce recueil, plus ancient que le recueil 18.01.16 et que le roman Elisabeta, un cran en dessous que ses écrits publiés plus récents… Il n’en reste pas moins que Fêlures est un recueil qui m’a plut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code