Voyage of the Basilisk

Troisième tome de la série sur la vie de Lady Trent, célèbre naturaliste qui passa sa vie à étudier les dragons (dans un monde imaginaire mais qui fait furieusement penser au notre durant le XIXe siècle.
Voyage of the Basilisk narre, ainsi, à la première personne, le troisième voyage de recherche de Lady Trent. Il s’agit ici d’une aventure au connotation maritime puisque le Basilik est le nom du navire sur lequel la naturaliste embarque, avec, entre autre, son fils et sa nourrice,  pour un voyage du plusieurs années autours du monde.
Le lecteur découvrira ainsi une partie de “l’Amérique central”, et son dragon à plume, de “l’Asie”, une sorte de Chine-Japon, mais surtout “l’Océanie” où se déroule la seconde moitié du roman et où Lady Trent se retrouve, suite à une tempête, à passer plusieurs mois sur une île où elle jouera un rôle important dans la vie politique des natives, mais aussi de son pays d’origine. Le tout bien sur en étudiant les serpents de mer et en mettant à un jour un secret disparu de l’ancienne civilisation qui a laissé des traces dans le monde entier.
Toujours aussi plaisant à lire, j’ai trouvé ce troisième tome un ton en dessous des deux précédents. Cela est sans doute du à une intrigue scindée en deux parties : le voyage proprement dit, très éclaté géographiquement, et une intrigue plus politique et local (dans la seconde moitié du roman) qui est aussi plus intéressante.
J’attends néanmoins avec curiosité et plaisir le tome suivant.

Une réponse sur “Voyage of the Basilisk”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code