Un étranger en Olondre

Premier roman de Sofia Samatar, Un étranger en Olondre se présente comme le journal de voyage de Jevick de Tyom, le fils d’un marchand de poivre originaire d’une région du monde qui ne connait pas l’écriture.
Ayant eu un précepteur étranger, Jevick est une des rares personnes de sa nation qui sait parler, mais aussi et surtout lire et écrire la langue de Olondre, l’Empire au delà de la mer qui est connus pour être un phare de culture et de civilisation.
S’embarquant, à la mort de son père, pour Olondre, Jevick se retrouve hanté par un ange, le fantôme d’une femme morte, de sa nation, qui souhaite qu’il écrive sa histoire. Pris dans des enjeux qui le dépasse, Jevick va faire un voyage à la fois spirituel et physique qui vont l’amener à mieux comprendre la culture d’Olondre et à mieux se comprendre.
 Un étranger en Olondre est un roman à la saveur bien particulière. Présenté sous la forme d’un journal de voyage, et donc écrit à la première personne, c’est un roman qui prend son temps pour faire avancer son intrigue. Cette dernière progresse par à coup, entre digressions, anecdotes et réflexions sur Olondre.
Dans un monde de “low fantasy”, Sofia Samatar développe des thèmes universels : la place de l’écrit et des livres, l’impact de la religion et des croyances, l’altérité, l’intégration…
Un étranger en Olondre est un livre fort qui m’a séduit à la fois par son écriture riches et complexes, mais aussi par son rythme lent et, parfois, tortueux qui conjugue récit et construction d’un monde singulier et unique.

Acheter sur Amazon Un étranger en Olondre

Une pensée sur “Un étranger en Olondre”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code