Textes courts de P. Djèlí Clark

Continuant mes lectures des écrits de P. Djèlí Clark, je me suis attaqué à plusieurs de ses textes courts (nouvelles, novelettes ou novellas).

« The Angel of Khan el-Khalili« , qui comme tous les textes ici sauf un (« Les tambours du dieu noir » qui est dans un autre « monde ») se déroule dans chronologiquement quelques temps avant les événements relaté dans Le maître des djinns , suit une jeune femme, presque une enfant, qui se rend dans le grand marché du Caire pour supplier un ange de faire un miracle pour elle. Ce qu’elle demande a un prix, la vérité, qui sera pour elle élevé. Un texte très mélancolique sur le prix de la rébellion et de la rédemption.

Dans « Le mystère du tramway hanté » les agents du ministère de l’Alchimie, des Enchantements et des Entités surnaturelles Hamed Nasr et Onsi Youssey doivent enquêter sur une mystérieuse entité qui a décidé de prendre résidence dans un des trames aériens du Caire. L’exorcisme qu’ils vont devoir réaliser se révèlera au final bien compliqué et les feront visiter plusieurs communautés minoritaires du Caire, tous cela alors que le parlement égyptien est sur le point de statuer sur le droit de vote des femmes… Une enquête rythmée et fort sympathique.

Second texte d’un petit recueil (en français), « L’étrange affaire du djinn du Caire » lance l’enquêtrice Fatma el-Sha’arawi du ministère de l’Alchimie, des Enchantements et des Entités surnaturelles sur les traces du meurtrier d’un djinn. Son enquête fera le voile sur une conspiration entre djinns et anges qui risque de changer, une fois de plus, le monde. Un texte percutant et mener tambours battants.

Le premier texte, « Les tambours du dieu noir » se déroule dans une Nouvelle-Orléans alternative, en 1880, entre steampunk et magie, une jeune voleuse de la ville va se retrouver au centre d’une conspiration pour relâcher la puissance des tambours du Dieu noir sur la ville. La voleuse, accompagnée d’un équipage corsaire d’un dirigeable, aura fort à faire pour sauver sa ville entre carnaval, dieux africains et intrigues politiques. Un texte fort dont la traduction bien exécutée rend justice aux langues créoles utilisées dans la version en langue anglaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *