Gnomon

Londres dans le futur proche. La société est gérée par un puissant système de surveillance et de IA, “The System”, qui permet tout à la fois de fluidifier le trac, de savoir quel est votre musique préféré pour vous lever le matin, mais aussi où vous étiez hier soir à 22h00 et avec qui.

Dans ce contexte les crimes sont plus rares, plus prévisibles aussi, mais un système policier existe encore, en partie car l’intuition humaine reste supérieur et une supervision de la mache est éthiquement importante.

Mielikki Neith est un agent du système et lorsque une suspecte de terrorisme, Diana Hunter, meurt lors de son interrogatoire (une sonde cérébrale), Neith se retrouve a devoir découvrir comment l’impossible a pu se produire. Son enquête se fait dans notre monde et en “visionnant” les souvenir de la suspecte.

Mais voila son enquête met à jour ce qui pourrait être une conspiration de grande envergure ou simplement les lubies d’une vielle femme. Pour découvrir la vérité, Neith doit naviguer l’esprit de Diana qui a développé une stratégie pour perdre la sonde mental en créant des histoires avec des personnes divers.

Le lecteur se retrouve ainsi à découvrir à la fois l’enquête de Neith, mais aussi la vie d’un peintre éthiopien en exil, d’une alchimiste de la Carthage antique et un financier grec.

Construit comme une sorte de mille-feuilles d’histoires qui se répondre, Gnomon est un roman impressionant de maitrise qui navigue entre plusieurs trames narratives qui finissent pas être étroitement liées.

L’avis oh combien mieux écrite de Gromovar.

3 réponses sur “Gnomon”

  1. Je ne sais pas si c’est cette couverture (qui est plus parlante) ou ton avis qui est plus clair mais il m’a fait ajouté le livre à ma wish (j’avais survolé celui de Gromovar mais il n’avait rien déclenché) !

    Et j’ai limite envie de le lire maintenant lol (pourtant ça ne fait pas parti de mes genres habituels).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code