The Nobody People

États-Unis de nos jours, Avi, un reporter de guerre qui a perdu sa jambe, enquête sur deux attentats étranges. Rapidement il va être contacté par un groupe d’individus qui se présentent comme des résonants. Des êtres humains ayant de naissances des habilités particulière : télékinésie, génie des inventions, télépathies, pyrokinésie, etc. Ils veulent qu’Avi révellent au monde leur existence; le fait que la fille d’Avi soit elle aussi une résonante, et probablement une très puissante, n’est pas étrangère à leur choix.

De ce point de départ, Bob Proehl propose un roman aux nombreuses trames narratives qui suit la manière dont les États-Unis découvrent l’existence des résonants et répondent à cette découverte. The Nobody People a clairement comme inspiration principale les X-Men et les différentes sagas mutantes de Marvel. Le lecteur ne pourra que reconnaitre chez Bishop, le télépathe chef des fils des résonants et directeur d’une école pour eux, et ses anciens élèves qui collaborent avec lui, Charle Xavier et les premiers X-men. Par contre point ici de super-héros en costume ou de vigilants faisant régner leur loi dans les rues.

Le roman reprend également plusieurs thématiques développées chez Marvel : naissance d’une nouvelle subculture/race, peur de l’autre, résistance pacifique ou armée, racisme, camps gouvernementaux, etc.

En suivant plusieurs personnages (Avi et sa femme, Bishop et ses proches, la volée de terminale de l’école, des terroristes résonants) Proehl propose un roman complexe mais riche. En plaçant également son histoire sur plusieurs années, il montre l’évolution de la situation et la manière dont les fronts d’une lutte que l’on sent de plus en plus inéducable se forment.

Le roman se termine sur une situation de guerre civile imminente en laissant plusieurs mystères et questions sans réponses, une suite semble indispensable à cet excellent roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code