Anatèm

Publié en un tome en anglais (langue dans laquelle je l’ai audio-lu), et deux tomes en français, Anatèm est un épais roman de Neal Stephenson.

Il suit, dans un monde qui pourrait être le notre dans un futur indistinct mais qui ne l’est pas, les pérégrination de Fraa Erasmas un “moine” vivant dans la congrégation de Saunt-Edhar qui va être confronté a un événement à même de changer la conception du monde et les structures de pouvoir de son époque.

Difficile d’en dire plus sur l’intrigue sans gager ensuite tous plaisir de la lecture tant la question de la compréhension de ce qui se passe est centrale à l’intrigue. Par contre, je peux dire sans risque que ce roman, malgré parfois des passages de discussion philosophique un peu long, est un vrai bijou.

Stephenson créé une civilisation divisée entre un monde profane qui vit et évolue continuellement et un monde monastique basé sur la philosophie et les mathématiques (et donc non sur la vénération d’une divinité) qui vit avec ses propres règles et coutumes. L’utilisation d’un vocabulaire inventé, un peu déroutant au début mais qui devient de plus en plus naturel au fil de la lecture, est un vrai plus qui donne de la profondeur au roman.

Bref Anatèm est un excellent roman qui allie réflexion philosophique, création de monde et aventure de manière heureuse.

Reamde

Gros techno-thriller de Neal Stephenson (plus de mille page, 38 heures en version audio), Reamde se déroule dans un futur proche et raconte comme, à la suite d’un simple virus, plusieurs personnes se retrouvent prise dans une cavale impliquant la mafia russe et des terroristes musulmans.

L’histoire est centrée sur Zula, une jeune fille d’origine érythréenne adoptée et élevée aux États-Unis par la famille Forthrast. Cette dernière, outre le fait de se réunir régulièrement dans une vallée reculée à la frontière avec le Canada, doit sa fortune à la compagnie de Richard (l’oncle de Zula) qui contrôle le MMORPG a succé T’Rain (construit pour favoriser l’émergence d’une économie virtuelle basée sur le “gold farming”). Ce dernier possède un grand chalet dans les montagnes canadiennes proche de la frontière américaine et a un passé de contrebandier entre les deux nations.
L’histoire est lancée lorsque Peter, le petit-amis de Zula, vend une liste de carte de crédit hackée à un représentant de la mafia russe. L’ordinateur de ce dernier se retrouve, involontairement, infecté par le virus Reamde qui encrypte tous le contenu de son disque dure et demande une rançon ridiculement basse qui doit être amenée dans une région du monde de T’Rain. Des données importantes pour la mafia y étant conservée, Peter et Zula sont enlevés par un mafiosi russe qui les emmènent en Chine, à Xiamen, afin de trouver les pirates informatiques et leur faire payer l’affront.
De cette situation de base, Neal Stephenson tire un roman à mi-chemin entre le thriller d’anticipation (l’action se passe dans un futur très très proche) et un road movie. L’enlèvement de Zula amène à une suite de rencontres et de conséquences inattendues que décrit le roman. Celui-ci suit alors les trajectoires de plusieurs personnages (Richard, Zula, un informaticien hongrois, une espionne britannique, un “agent de sécurité” russe, un terroriste islamique gallois et deux chinois), sur plusieurs continents. L’enlèvement par la mafia russe se transformant, dans un improbable retournement de situation, en un enlèvement par un terroriste islamique d’envergure internationale.
Plein de rebondissements et de fusillade d’anthologie, Reamde est un pavé allaitant [sic] haletant qui, dans mon cas, se laisse écouter avec plaisir. Une vraie réussite.