Le Chien du Forgeron de Camille Leboulanger

Un conteur dans une auberge régale son auditoire de l’histoire de la vie, et la mort, du plus grand héros celte, qu’il a lui même connu : Cuchulainn, surnommé le Chien du Forgeron.

Débute alors un récit qui retrace sa naissance (serait-il le fils d’un dieu ?), sa jeunesse, ses premiers faits de gloire et les quêtes qu’ils mènent avec ses compagnons; mais aussi sa défiance du haut roi, sa soif de reconnaissance, sa rage….

Camille Leboulanger retrace et réécrit avec une très belle plume la légende de Cuchulainn en montrant que les hauts faits d’un héros sont interprétés dans sa légende. Car, au final, l’histoire de Cuchulainn c’est avant tous celle d’un homme enfant à qui le monde doit tous et qui ne sait avoir de limite; c’est l’histoire d’un homme qui se croit supérieur à tous, et surtout supérieur aux femmes. Bref Le Chien du Forgeron est un très bon roman que j’ai pris grand plaisir à lire.

Bertram le baladin

Première lecture de Camille Leboulanger pour moi avec ce roman de Fantasy qu’est Bertram le baladin. Dans un monde où le papier a disparu, les membres de la Guilde des musiciens parcourent le monde transformant ce qu’ils apprennent en musiques et chansons qui non seulement divertissent le peuple mais servent de mémoire au monde. Un monde où des esclaves travaillent pour rien et où les femmes ne sont pas en position de pouvoir.
C’est dans ce contexte que le lecteur suit les tribulations de Bertram le baladin à qui des malandrins ont volé son instrument, un luth. Accompagné de Sans Nom, une femme qu’il a sauvé de l’esclavage, le baladin aura faire à faire pour récupérer son bien qui se trouve dans une puissante cité marchande dont le seigneur est hostile à la Guilde.
Soutenu par une écriture légère et mélodieuse, Bertram le baladin est un court roman très agréable à lire. Un roman découvrir avec une histoire pleine de rebondissements et de poésie.